Les Rochers

Histoire Géologique

C’était il y a 25 millions d’années (ère tertiaire), la faille de la Durance d’axe  Nord-Sud joue à nouveau et élève cette fois-ci le coté ouest (Forcalquier, Manosque, Apt). Contre cette élévation butent les anciennes rivières (appelées: paléo Durance, paléo Bléone, paléo Asse, paléo Verdon et une rivière qui venait de l’Estérel …) plus au nord naissent les Alpes (Pelvoux, Queyras … ) aussitôt  attaquées par l’érosion. Ces blocs arrachés, roulés et devenus galets s’accumulent dans un delta de 60 km de long et de 30 km de large (zone du plateau de Valensole: Volonne, Digne, Riez, pont de Mirabeau) et sur des épaisseurs considérables (sommet du Rupt: 1400 m., Les Mées: 600 à 800 m.). Le calcaire dissout dans l’eau s’associe les cimente avec un grès très dur. La roche ainsi formée constitue le POUDINGUE. Ces dépôts s’arrêtent il y a environ 2 millions d’années. Au niveau du village des Mées, une zone de poudingue est beaucoup plus dure qu’ailleurs. Elle résiste à la fois à l’érosion (gel, pluie) et à la Durance qui coule à ses pieds et affouille le flanc ouest pour faire apparaître une paroi verticale. Les eaux pluviales dégagent les futurs ROCHERS. L’alternance de périodes glaciaires et de pluies diluviennes entraînent les blocs arrachés vers la Durance. Les eaux de ruissellement usent la roche en profondeur et agrandissent les fissures pré-existantes.

Peu à peu les ROCHERS se transforment en PENITENTS. Aujourd’hui l’érosion continue même si elle est moins vive.

Source du texte : Les Amis des Mées (Les Amis des Mées)

 

La Légende

Cela se passait au temps où les Sarrasins envahissaient notre pays. Ils s’étaient installés dans les collines à Peirempi entre Buech et Jabron et faisaient régner la terreur aux environs. Quelques  seigneurs du voisinage dont Bevons de Noyers et Rimbaud des Mées décidèrent d’attaquer le camp des Sarrasins. Ce qui fut fait par une nuit sans lune. La surprise et la détermination des  seigneurs eurent raison des envahisseurs après une lutte courte mais intense. Au matin, après avoir nettoyé la place, chassé ou passé au fil de l’épée les ennemis, ils entrèrent dans le château. Quel ne fut pas leur étonnement lorsqu’ils trouvèrent dans une grande chambre: sept belles mauresques, effrayées qui demandaient grâce. Après consultation, il fut décidé que ce serait Rimbaud des Mées qui se chargerait de les expédier par radeau sur la Durance jusqu’en Arles où les autorités décideraient de leur sort.

Chacun rentra chez soi. Rimbaud avec ses sept captives s’en retournait aux Mées. Chemin faisant le sang bouillant du guerrier raviva en lui des passions bien humaines et les grands yeux noirs et tristes des belles mauresques firent le reste.

Prétextant d’une Durance un peu trop grosse, qu’il était dangereux de s’embarquer, il repoussa le départ de quelques jours, et enferma les prisonnières dans sa vaste demeure entre Dabisse et Oraison. Ce qui s’est passé dans cette maison, personne ne le saura jamais. Rimbaud, habituellement toujours parti pour la chasse ou en vadrouille, ne quittait plus la maison.

Le long des chemins, à la fontaine, au four comme au lavoir, on ne parlait que du Rimbaud enfermé avec ses sarrasines.

Le scandale que l’histoire commençait à faire dans le pays, décida le prieur de Paillerols à parler à Rimbaud. Ce dernier ne voulut rien entendre et le renvoya sans ménagement. Ce pauvre Rimbaud commençait à avoir toute la gente féminine contre lui ; elle ne comprenait pas ce qu’il pouvait bien trouver à ces femmes sauvages à la peau presque noire. Il décida une nuit de ramener ses mauresques dans son château des Mées. Cela le laissa tranquille quelques jours, le temps de s’apercevoir du changement ce qui ne tarda pas à se produire. La situation devint grave. Les femmes ne passaient plus devant le château sans se signer, et les réflexions allaient bon train.

Le prieur de Paillerols revint à la charge, amenant cette fois, avec lui son collègue prieur de Saint-Michel. Rimbaud exaspéré leur répondit qu’ils feraient bien mieux d’aller chanter les vêpres et les mâtines plutôt que de s’occuper des affaires du château. Pour le coup, le prieur de Paillerols faillit s’étouffer de colère et brandit l’arme de l’excommunication. Rimbaud eût bien envie d’envoyer tous ces religieux dans la Durance, mais il se ravisa, comprit qu’il s’attaquait à plus fort que lui et qu’il n’arriverait plus à rien avec son peuple s’il continuait dans cette voie. Malgré sa peine, car il s’était attaché à ses mauresques, il céda.

Le prieur, afin d’humilier Rimbaud et pour prendre à témoin toute la population, décida que le dimanche suivant les sarrasines seraient conduites à la Durance devant tout le pays rassemblé.

Le jour dit, tout le monde était en bordure du chemin et faisait une haie. Les moines de Paillerols et de Saint-Michel étaient un peu plus haut le long de la colline. Le portail du château s’ouvrit, les sept mauresques dans leurs vêtements scintillants, la démarche fière, sortirent. Personne ne respirait plus, on entendit même comme de profonds murmures d’admiration. Chez les moines, les coeurs battaient sous les scapulaires, leurs yeux étincelaient.

Qu’allait-il arriver? De l’autre côté de la Durance le grand Saint-Donat, l’ermite de Lure, surveillait ses ouailles et comprit ce qui allait se passer. Pour préserver du péché les moines, il les pétrifia tous sur place dans leur robe de bure. Le prieur a conservé sur sa poitrine sa croix de bois que l’on peut voir encore aujourd’hui accrochée au rocher….

– D’après Eugène PLAUCHUD – 1897 –